SYNTHESE

 

Au cours du 3ème trimestre 2002, l’économie djiboutienne a été caractérisée par des résultats globalement satisfaisants par rapport à ceux enregistrés au 3ème trimestre de l’année 2001.

 

ü      En ce qui concerne le secteur secondaire, la situation de deux grandes entreprises prestataires de services à la collectivité (l’ONED et l’EDD)  s’est améliorée. En effet, l’EDD continue de réaliser des bons résultats tant au niveau technique qu’au niveau commercial. La production d’électricité a augmenté de 4,8 % et la consommation facturée de 11,1 %. Ainsi l’EDD a pu maintenir le taux de rendement à un niveau élevé (79 %) en dépit d’une période de forte chaleur où les branchements clandestins  se multiplient.

 

L’ONED pour sa part, a stabilisé sa production (+ 1,1 %) tandis que la    consommation facturée enregistre une hausse spectaculaire (+ 35,2 %) consécutive à une forte réduction des pertes sur le réseau.

 

ü      La chaîne de transports a été caractérisée dans l’ensemble par des résultats contrastés par rapport à ceux enregistrés au 3ème trimestre 2001.

 

·        Le trafic portuaire a dans sa globalité subi une contraction de 16,3 %. Ainsi, les marchandises au débarquement ont diminué de 19,5 % suite à la baisse des importations éthiopiennes (-39%) et du transbordement (-30,8%). Les marchandises à l’embarquement, sont restées plus ou moins  à un niveau stable (-1%) sur une période d’une année.

 

·        Concernant l’activité ferroviaire, elle a régressé de 22,6 % tandis que le transport routier a reculé de 18 %.

 

·        En revanche, l’Aéroport affiche une bonne performance aussi bien au niveau des mouvements d’avions (+ 27,8%), au niveau des passagers (+ 18,2%) qu’au niveau du Fret (+ 15,4 %).

 

ü      L’indice des prix à la consommation a connu une faible hausse  0,7 % entre septembre 2001 et septembre 2002 ainsi qu’une progression modérée de 0,2 % sur une période de trois mois.

 

ü      La création d’activités dans le privé a enregistré une forte hausse de 68 % par rapport à son niveau du 3ème trimestre 2001. Les principaux secteurs créateurs d’activités ont été pour ce trimestre, les secteurs « commerçants » et « prestataires de services ».

 

 

ü      Le secteur monétaire a été marquée par une forte croissance de la masse monétaire (+ 18,2 %) par rapport à son niveau de septembre 2001, tandis que les avoirs extérieurs nets continuent toujours de s’accélérer considérablement (+ 37,3 %) au dépend des crédits intérieurs (-10,3 %).

 

ü      Au niveau de l’exécution budgétaire, le budget de l’Etat a dégagé au 30 septembre 2002 un déficit base ordonnancement (recettes totales moins dépenses totales) de l’ordre 1,275 milliards FD. Ce niveau élevé de déficit est consécutif à la hausse des dépenses courantes (+ 13%), des nouvelles dépenses sociales additionnelles (+ 365 millions FD) et des dépenses d’investissements (+15,8 %); et ce malgré une hausse des recettes totales (+ 7 %) sur une période d’une année. Par contre, le solde calculé sur la base « des Recettes Budgétaires diminuées des Dépenses Courantes » présente un excèdent de 617 millions FD.