REPUBLIQUE DE DJIBOUTI 

PÔLE UNIVERSITAIRE DE DJIBOUTI

   Établissement d'Enseignement Supérieur

_________________________________________________________________

 INSTITUT SUPERIEUR DES AFFAIRES DE DJIBOUTI

 Collection "Études de métiers"

 

MENUISERIE     

  -   SOMMAIRE   -

                                                       ***********************************

I. DEFINITION DE LA PROFESSION..........................................................    Page 2

A)    Activités

B)    Aptitudes

II. LE MARCHE...............................................................................................   Page 3

A)    La demande

1. Aspect quantitatif

2. Typologie de la clientèle

3. Besoins de la clientèle

4. Variations saisonnières

B)    L’offre

1. Recensement des menuiseries

2. Typologie des menuiseries

3. Produits proposés

4. Les prix

5. La concurrence

III. LES MOYENS DE PRODUCTION .........................................................   Page 8

A)    Les ressources humaines

1. Organisation

2. Niveau de qualification

B)    Les ateliers

C)    Equipement

D) Matières premières et fournisseurs

1. Le bois

2. Les fournisseurs

IV. EXPLOITATION........................................................................................   Page 10

A) Chiffres d'affaires

B) Charges

V. REGLEMENTATION.................................................................................   Page 10

A) Déclaration

B) Fiscalité

VI. LE MILIEU PROFESSIONNEL...............................................................   Page 11

A) Syndicat

                 B) Formation

CONCLUSION................................................................................................   Page 12

 

 ------------------------------------------

I. DEFINITION DE LA PROFESSION

A)    Activité

Est appelé couramment « menuisier » à Djibouti, un artisan généraliste qui est d’abord un ébéniste et accessoirement un menuisier.

 

En effet, l'ébéniste fabrique des meubles (armoires, tables, lits,  berceaux, salles à manger, salons saoudiens), à l'unité ou en petite série, massifs ou plaqués à partir d'espèces de bois différentes. Il effectue également des travaux de restauration.

L'ébéniste ne doit pas être confondu avec le menuisier qui, lui, fabrique des éléments indispensables à la finition d'une construction : fenêtres, portes...

 

L'ébéniste assure lui-même toutes les étapes de la fabrication :

·        choix du modèle, de ses dimensions, du bois à employer, tout en respectant les souhaits du client ;

·        réalisation d'une esquisse ;

·        découpage des pièces après cotation ;

·        montage à blanc, assemblage et collage de l'ensemble.

Les finitions sont diverses : raclage, ponçage, vernissage ou cirage. Certaines opérations de finition comme la laque peinte, la dorure, sont confiées à des spécialistes. Il en est de même pour les salons saoudiens qui sont achevés par des tailleurs-tapissiers.

 

Comme artisan, l'ébéniste est responsable de la production et a en outre un rôle de commerçant, ce qui implique de nombreux contacts avec la clientèle, des déplacements, des horaires journaliers lourds et de travailler le jeudi voire le vendredi.

 

B)    Aptitudes

-         L'ébéniste doit être adroit manuellement, minutieux,  patient : toute précipitation doit être évitée car les machines peuvent être dangereuses ;

 -         Il doit également : connaître les diverses essences de bois, savoir comment le bois travaille avec le temps ;

 -         Faire preuve de sens artistique, avoir de l'imagination et aimer le travail soigné.

 -         Des aptitudes en dessin technique sont exigées pour exercer ce métier (géométrie plane, dessin d'art à main levée).

 

II.  LE MARCHE

A)    La demande

1. Aspect quantitatif

 

Compte de production/ exploitation (en milliers de DJF)

COMPTES

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

Production

 

128 140

112 489

128 021

97 428

146 377

107 547

91 074

88 446

84 059

Consommations intermédiaires

87 284

76 623

87 203

66 364

99 706

73 257

62 036

60 246

57 259

Valeur ajoutée

 

40 856

35 866

40 818

31 064

46 671

34 290

29 038

28 200

26 800

Rémunérations des salariés

25 513

22 397

25 489

19 398

29 144

21 413

18 133

17 610

16 736

impôts indirects

 

5 126

4 500

5 121

3 897

5 855

4 302

3 643

3 500

3 500

Excédent brut d'exploitation

10 217

8 491

10 208

7 769

11 672

8 575

7 262

7 090

6 564

Source : Comptes nationaux de Djibouti – DINAS 1999

 

Ces comptes mettent en évidence une baisse sensible et régulière de l’activité sur la décennie.

 

(en millions de DJF)

COMPTES

1999

2000*

Production

 

98

102

Consommations intermédiaires

67

69

Valeur ajoutée

 

31

33

Rémunérations des salariés

20

20

* Prévisions

Source : Comptes nationaux de Djibouti – DINAS site web

 

Cependant, sur la toute dernière période, la production connaît une hausse, avec la création de 2 nouvelles menuiseries.

 

Bois et dérivés : importations (en valeur : millions de DJF)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

659

482

551

421

624

467

389

316

255

239

Source : DINAS – Statistiques du commerce extérieur

 

La baisse globale du secteur sur la décennie est confirmée par les chiffres des importations de matières premières : le bois et dérivés (qui, notons le, ne sont pas tous destinés à l’ébénisterie mais aussi à la menuiserie du bâtiment).

 

Meubles : importations (en valeur : millions de DJF)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

610

472

470

560

380

361

466

301

232

573

Source : DINAS – Statistiques du commerce extérieur

 

Un élément d’explication serait l’effet de substitution de mobilier importé à du mobilier fabriqué sur place.

 

2. Typologie de la clientèle

La clientèle est diversifiée, on y trouve toutes les couches de la population (revenus, cultures, âges, statut). Voici une classification possible des groupes de clientèle dans ce métier :

 

-          Les collectivités : hôpitaux, écoles, armées, administrations qui signent des contrats avec les menuiseries pour la fournitures de tables, chaises, ainsi que la pose de portes, fenêtres, volets...

 

-          Les entreprises publiques et privées : hôtels, restaurants, quincailleries, commerçants, pour du mobilier et des agencements intérieurs,

 

-          Les ménages, dans lesquels on peut distinguer une clientèle étrangère aisée et les nationaux. Pour les Djiboutiens, il faut noter le moment du mariage : les nouveaux mariés commandent la fabrication d’un salon saoudien et d’autres catégories de mobilier. D’après l’enquête djiboutienne auprès des ménages (EDAM-IS 1996), le taux de possession moyen de mobilier est le suivant :

 

Lit

80,9 %

Armoire

54,5 %

Chaise

40,1 %

Table

46,4 %

 

3.  Besoins de la clientèle

La majorité des clients passe commande soit en le décrivant le produit à façon qu’ils veulent, soit après consultation d'un catalogue d'ouvrages en bois. Pour les réparations et les agencements, le menuisier se déplace éventuellement chez son client (par ses propres moyens, sinon il attend qu'on vienne le chercher).

 

Le client exige avant tout la qualité du produit. Ensuite, il tient compte du prix ; si le prix est très élevé, il peut demander une réduction ou un délai de paiement.

 

4.  Variations saisonnières

La période d’été ne connaît pas une forte baisse comme dans beaucoup de secteurs pour les raison suivantes :

- Les jeunes mariés achètent les produits en été pour préparer leur maison et célébrer le mariage en saison fraîche.

- En été, qui est la période des vacances, les ménages cherchent à renouveler leur mobilier ou à acheter pour leurs enfants des bibliothèques, étagères et bureaux pour la rentrée scolaire.


B)    L'offre

1.      Recensement des menuiseries

Actuellement, 12 entreprises sont présentes officiellement sur le marché. Nous allons les situer géographiquement.

 

DENOMINATION

PROPRIETAIRE

ADRESSE

NATIONALITE

AHMED FARAH

Moustapha Ahmed Farah

Situé sur la route d'Arta à Balbala

Djiboutienne

CHEIKH MOUSSA

Omar Ahmed Boulaleh

Situé sur Balbala Cheikh Moussa

Djiboutienne

GACHAMALEH

Abdi Moussa Elmi

Cité Gachamaleh face de DAR EL SALAM

Djiboutienne

HODAN

Mohamed Weirah

Avenue 13

Somalienne

LA BONNE MENUISERIE

Abdo Taha

Avenue 12 en face "Ecole Coubèche"

Djiboutienne

MER ROUGE

Aboubaker Saïd Aboubaker

Situé sur l'avenue Nasser

Djiboutienne

RAPIDE

Hassan Awaleh Guireh

Situé sur l'avenue Nasser

Djiboutienne

SOLIDARITE

Gabriel Takleh

Situé sur Q7 sud

Ethiopienne

SOULTAN

Hassan Soultan Ismaël

Avenue Guelleh Batal

Djiboutienne

SUR MESURE

Tesfayeh Salomon

Avenue 13

Ethiopienne

TECHNIC

Mohamed Ibrahim Derbi

Q4 face de la mosquée

Djiboutienne

WERAH

Mohamed Abdi Werah

Rue de Gaulle

Djiboutienne

 

2) Typologie des menuiseries

Les menuiseries se répartissent en 3 catégories en fonction de leur taille, mesurée par le nombre des salariés.

              0 salarié......................................... menuisier ambulant

              1 à 3 .............................................. moyenne menuiserie

              4 à 6 .............................................. grande menuiserie

 

Ce découpage correspond à l’analyse de l’administration fiscale pour le calcul de la patente (voir plus loin fiscalité).

 

a) Les menuisiers ambulants

Les menuisiers ambulants circulent dans la ville avec  leurs outillage à main en frappant aux portes pour proposer leurs services. Mais leur travail se limite aux petites réparations des fenêtres, portes, placards de cuisine, lits…

 

b)     Les moyennes menuiseries

A Djibouti, les moyennes menuiseries sont les plus nombreuses. La plupart des menuiseries ont été créées il y a plus d'une vingtaine d'année. Bon nombre ont disparu et celles qui poursuivent leur activité sont celles qui ont su s'adapter au changement. Pour assurer la survie et la continuité de la menuiserie, le propriétaire fait en sorte qu'un membre de la famille (souvent un fils) prenne la relève

 

c) Grande menuiserie

La seule grande menuiserie existant à Djibouti est la menuiserie SOULTAN nouvellement créée. Cette menuiserie occupe un très grand local, compte 6 salariés et produit des meubles de luxe comme le salon saoudien, par exemple.

 

3. Produits proposés

Les produits les plus vendus sont les placards et meubles de rangement, les lits, les tables, les portes et fenêtres. De nos jours la menuiserie est de plus en plus appelé à mettre en œuvre un grand nombre d'éléments préfabriqués industriellement.

 

MEUBLES

TARIFS

Salon saoudien

200.000 DJF

Lit

20.000 DJF

1 lit + 2 armoires

40.000 DJF

Grand placard

65.000 DJF

Petit placard

22.000 DJF

Armoire à 2 portes

45.000 DJF

Armoire à 3 portes

65.000 DJF

Table de 1.90 m

23.000 DJF

1 table + 6 chaises

20.000 DJF

Grande bibliothèque

10.000 DJF

Petite bibliothèque

  5.000 DJF

Berceau (grand)

13.000 DJF

Volet avec vitre

38.000 DJF

Volet simple

25.000 DJF

Porte

18.000 DJF

Fenêtre

20.000 DJF

 

4. Les prix

Toutes les menuiseries annoncent des prix négociables, car il est d’usage d’accorder des réductions pour garder la clientèle.

Le prix se fixe en principe comme suit :

Matière première et fournitures

+ Main-d'œuvre

+ Quote-part de frais généraux

= Coût de revient

+ Marge 25 à 30%

= Prix de vente

Certaines menuiseries demandent des avances à la commande au client pour acheter le bois, mais ce n’est pas toujours possible. Les menuiseries doivent alors payer la matière première, ce qui explique qu’elles n’accordent que peu de délais de paiement.

 

5. La concurrence

- Les marchands de meubles et les importateurs de mobilier (DICO, WASSEL, DOXIADIS, AL GAMIL, ANCIEN COMPTOIRS RIES) sont les principaux concurrents des menuiseries, en proposant des produits fabriqués à l'étranger. Cependant ils sont souvent plus chers. De plus, les Djiboutiens prennent conscience que les meubles en plastique et en bois aggloméré qu’ils achètent de l’étranger (Arabie Saoudite) sont de mauvaise qualité et que leur rapport qualité/prix est très bas (vu le climat humide de Djibouti, ils ne durent en général pas plus de 1 an).

- Le marché de l'aluminium (vendu chez NAJWAL) qui est en pleine croissance, et représente un sérieux concurrent pour le bois, mais seulement dans le domaine de la menuiserie.

- La revente de mobilier d’occasion.

 

Voici les tarifs pratiqués par les importateurs de mobilier

 

MEUBLES

PRIX

Salon

200000 à 400000 DJF

Salon Saoudien

180000 à 250000 DJF

1 table + 4 chaises

   20000 à 25000 DJF

1 table + 6 chaises

  120000 à 140000 DJF

Armoire à 3 portes

 70000 à 100000 DJF

Armoire à 2 portes

   45000 à 65000 DJF

Lit

   10000 à 35000 DJF

Placard

   22000 à 70000 DJF

1 lit + 2 armoires

   30000 à 45000 DJF

1 table de 1,90m

23000 DJF

 

Pour lutter contre la concurrence, les menuiseries ont parfois recours à la publicité. Par rapport aux meubles importés, l’argument des menuisiers est que les meubles en bois sont plus solides, plus adaptés aux conditions climatiques, d’esthétique plus conforme aux goûts locaux et vendus à des prix inférieurs.

 

 III. LES MOYENS DE PRODUCTION

A)  Les ressources humaines

1) Organisation

Dans cette profession on distingue différents niveaux de responsabilité :

-          L'ouvrier qualifié qui est en principe le chef d'équipe et le propriétaire de la menuiserie, veille à la qualité des travaux réalisés en ayant comme préoccupation de maîtriser la sécurité, les délais et les coûts,

-          Le spécialiste qui réalise les travaux délicats,

-          Les apprentis.

 

2) Niveau de qualification

Lorsqu'un jeune se présente dans une menuiserie pour demander un travail, le patron le recrute en tant que stagiaire pour tester sa qualité professionnelle même s'il n'a aucune connaissance sur le métier de la menuiserie. Si son travail est satisfaisant, il devient un apprenti encadré par le chef d'équipe.

Pour mieux s'adapter aux besoins de sa clientèle, certains patrons envoient leurs employés pour une formation au LIC, ainsi ils acquièrent une connaissance plus approfondie sur le métier de la menuiserie.

 

B)  Les ateliers

Les ateliers sont tous très étroits et en désordre. La moitié d’entre eux sont abrités dans des baraques en tôle, les autres ont des ateliers construits en dur. En aucun cas, ceux-ci ne permettent la réalisation de travaux de série comportant plus de 20 unités. Les assemblages et la finition se font généralement sur le trottoir, par insuffisance de local. Pour cela le stock doit être minimal et les matériaux et fournitures doivent être achetés au fur et à mesure des besoins, ainsi que le bois car ce dernier ne serait pas protégé et serait donc trop exposé (à l’humidité notamment).

 

C) Equipement

Le travail du bois utilise de nombreuses machines : scies à ruban, scies circulaires, dégauchisseuses, raboteuses, mortaiseuses, tenonneuses, toupies, défonceuses, ponceuses, perceuses et  matériel à main (ponceuse, par exemple). Cependant dans les menuiseries de Djibouti, les investissements de base sont les suivants :

 

Scie à ruban.................................. 760 000 à 900 000 DJF.

Raboteuse..................................... 1 300 000 à 1 800 000 DJF.

     Dégauchisseuse........................... 1 000 000 DJF.

Toupie............................................ 900 000 à 1 000 000 DJF.

.... Scie circulaire............................... 900 000 à 1 000 000 DJF.

     Petits outillages à main................                                     ....................... 300 000 DJF.

 

Les machines à bois soutiennent désormais la comparaison avec les machines-outils quant aux techniques d'utilisation et à la précision. Le réglage, pointage et affûtage représentent l'un des aspects du travail d'un bon professionnel.

Les machines portatives d'appoint ont considérablement réduit la peine des professionnels mais le travail à la main est toujours indispensable.

 

D)    Matières premières et fournisseurs

1) Le bois

A Djibouti le principal bois utilisé est le bois de conifère (bois blanc), bois bon marché et qui convient à la chaleur du pays. Sont également très utilisés les contreplaqués et assimilés.

 

Importations de bois en volume (en tonnes)

89

90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

Bois bruts

48

164

141

413

589

232

117

147

36

79

30

Bois de conifères sciés longitudinalement (planches)

434

791

1515

1869

624

2624

894

1118

1018

602

670

Contreplaqués, cellulaires, densifiés…

3638

3114

2329

1363

2004

1547

1694

1269

798

699

512

Source : DINAS

 

On constate d’après ces chiffres la diminution régulière des importations de matières premières .

 

2) Les fournisseurs

Les menuiseries achètent le bois une à deux fois dans l'année chez leur fournisseur local qui est l’importateur. la plupart des bois viennent principalement d’Autriche et aussi de France, d’Italie et de plus en plus de Singapour pour les contreplaqués.

 

FOURNIS-SEUR

ADRESSE

LIEU DE PROVEN-ANCE DU BOIS

TYPES ET PRIX DU BOIS (EN DJF)

Chevrons

Planches

D. en cm

l. en cm

L. en m

Prix/

Bois

D. en cm

l. en cm

L. en m

Prix/

bois

GALAB

Rue d’Arta

Italie et Malaisie

5*

5*

4 =

700

1.5*

30*

4 =

500

6*

6*

4 =

1100

2*

30*

4 =

900

MOUSSA AHMED

Rue d’Ethiopie

Autriche

7*

7*

4 =

1300

2.5*

30*

4 =

1200

YOUSSOUF

Avenu 13

Chili et Italie

8*

8*

4 =

1700

3*

30*

4 =

1500

D : dimension du bois en cm ; l : largeur du bois en cm ; L : longueur du bois en m

 

Les établissements MOUSSA AHMED sont les leaders sur le marché du bois.

La plupart du temps les menuisiers achètent le bois en pièces, donc les fournisseurs leur vendent ces pièces en m3 qui vaut en moyenne 60 000 à 65 000 DJF le m3 selon la quantité achetée et la fidélité du client.

Les approvisionnements restent irréguliers et l’on ne trouve parfois que du bois de coffrage.

 

IV. EXPLOITATION

A)    Chiffre d'affaires

Il dépend de la taille  et de l’activité de l’entreprise. la plupart des menuiseries réalisent un chiffre d’affaires de 400 000 DJF à 3 millions DJF par mois.

Le coefficient de marge brute moyen, mesuré par le rapport chiffre d’affaires / achats consommés est de 1,46 dans la menuiserie.

 

B) charges

Outre les achats de bois, il faut chaque jour acheter de la quincaillerie : clous, charnières, verrous…, de la colle, du vernis, du traitement anti-termite…

Les charges de structures sont principalement dans les moyennes menuiseries :

-          Loyer.......................................             ..60 000 DJF

-          Electricité...............................                      100 000 DJF

-          Salaires..................................                      160 000 DJF

 

Les menuiseries ne tiennent pas de comptabilité. L'argent est géré par le chef d'équipe et patron. Si la menuiserie a réalisé un grand bénéfice et que les apprentis ont travaillé dur, le chef d'équipe distribue à chacun une prime. Il garde un fonds de caisse pour payer les charges courantes.

 

V. REGLEMENTATION

A) Déclaration

Contrairement aux autres pays, à Djibouti le métier de la menuiserie n’a aucune réglementation, en matière de sécurité des machines ou de garanties données au client (surtout s’il s’agit de menuiserie).

 

B)    Fiscalité

- TIC : Le montant de la taxe d'Importation sur la consommation (TIC) sur le bois importé est de 33 %.

 

- Patente

Type de menuiserie

Droit fixe

 

Droit proportionnel

Valeur locative annuelle x %

Par procédés industriels

5ème classe -

400 000 DJF

Locaux commerciaux  25 %, Entrepôts 15 %

Locaux industriels 10 %

Par procédés mécaniques

7ème classe -

120 000 DJF

Locaux commerciaux  15 %,

Locaux industriels 10 %

Par procédés manuels

10ème classe -

15 000 DJF

Exempté

 

VI. LE MILIEU PROFESSIONNEL

A) Syndicat

Le regroupement professionnel des menuisiers de Djibouti a été décidé le 19 août 1991 mais n’a pas été officialisé ensuite. Malgré leur enthousiasme de départ, les menuisiers ont ralenti leur processus d’union. La mentalité de compétition a-t-elle pris le pas sur la collaboration ? Il manque également un vrai chef de file à ce groupement. Les menuisiers les plus motivés et les plus compétents ne savent en général, ni lire, ni écrire.

 

Des foires expositions ont eu lieu en Décembre 1991 et en mai 1992, sensées promouvoir le « made in Djibouti » avec la participation de 8 menuiseries. Mais depuis ces foires, la profession ne s’est plus manifestée publiquement.

 

B) Formation

L’enseignement professionnel du métier de menuiserie-bois au LIC forme environ 15 élèves par an depuis 1994, date de sa création. Cette formation de niveau BEP s’inscrit dans la filière des métiers du génie civil et du bois. L’option principale concernant la menuiserie est « menuiserie d’agencement du mobilier »(MAM).

 

Après leurs 2 ans d’études, ces jeunes ne trouvent pas de travail. Ceci s’explique par différentes raisons :

- le marché de la menuiserie est restreint à Djibouti ;

- ces jeunes ont appris leur métier dans un atelier généralement spacieux, organisé, propre et éclairé ce qui ne correspond pas aux conditions réelles des ateliers.

- les menuisiers considèrent ces jeunes diplômés comme non opérationnels et donc peu rentables ;

- de plus les personnes ayant un diplôme d’Etat sont plus exigeantes en

 

CONCLUSION

Le secteur de la menuiserie semble en déclin, mais cette tendance n’est pas irrémédiable.

 

·        Politique de promotion

La forte concurrence des produits importés inquiète les menuiseries car la plupart des consommateurs achètent plus des produits étrangers que des produits nationaux.

- Cependant les meubles djiboutiens sont plus intéressants car le client peut commander le produit qu’il veut selon la forme désirée. C’est l’avantage de la production sur commande qu’offre l’artisan par rapport au produit standard d’importation.

- D’autre part, le meuble fabriqué en sapin dure plus longtemps que les articles fabriqués à l’étranger avec d’autres bois ou contreplaqués ne convenant pas à la chaleur et l’humidité du pays.

 

Les menuisiers doivent donc mieux faire connaître leur production pour gagner la confiance du public. Un catalogue photographique de leurs réalisations leur permettrait de mieux convaincre les clients, une surface d’exposition vente serait un atout de poids pour permettre aux menuisiers de présenter leurs produits dans de bonnes conditions. Tout ceci suppose une meilleure organisation professionnelle.

 

·        Formation et diversification

Un gros effort de formation doit être entrepris pour améliorer la qualité des produits, en tout premier lieu l’esthétique et la finition. Les menuisiers ne doivent pas se limiter à la fabrication de meubles meublants (literie, tables, sièges, salons), mais doivent aussi apprendre à réaliser des meubles pour lesquels la demande se développe et se tourne vers l’extérieur : meubles de cuisine et salle de bains, mobilier de bureau et de magasin, accessoirement meubles de jardin et d’extérieur.

 Cette étude a été réalisée avec la collaboration de

Fardoussa Samireh et Wafida Kazi