REPUBLIQUE DE DJIBOUTI

 

PÔLE UNIVERSITAIRE DE DJIBOUTI

 

  Établissement d'Enseignement Supérieur

________________________________________________________________________________________

 INSTITUT SUPERIEUR DES AFFAIRES DE DJIBOUTI

Collection "Études de métiers"

Vente de meubles

  - SOMMAIRE -

 

 

I. DEFINITION DE LA PROFESSION ................................................

A) Activités

B) Aptitudes

II. LE MARCHE ..................................................................................

A) La demande

1. Les importations

2. Typologie de la clientèle

3. Critères d’achat

B) L'offre

1. les principales entreprises

2. Les prix

3. La concurrence

 

III. LES MOYENS DE PRODUCTION ................................................

A) Locaux

B) Stock

IV. EXPLOITATION ...........................................................................

A) Chiffre d'affaires

B) Charges

C) Gestion comptable

V. REGLEMENTATION .....................................................................

A) Autorisation

B) Fiscalité

1. La patente d’importateur

2. la patente de l’activité de vendeur de meubles

CONCLUSION ..................................................................................

Page 3

 

 

Page 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 8

 

 

Page 8

 

 

 

Page 9

 

 

 

 

Page 10

 

 

 

I  DEFINITION DE LA PROFESSION

A) Activités

L’ameublement est une industrie de seconde transformation qui utilise du bois d’œuvre et des panneaux pour fabriquer des meubles ; cependant d’autres matériaux comme le plastique, le verre et le métal sont utilisés lors de la fabrication, ce qui donne des styles de finition variés.

 

Le secteur de l’ameublement regroupe différents types de produits

On distingue :

- les sièges

- la literie

- les meubles meublants (salon, chambres, salles à manger),

- le mobilier de bureau et de magasin

- les meubles de cuisine

       

A Djibouti, le commerce de meubles n’est pas spécialisé, segmenté dans une de ces catégories, tous les produits sont vendus dans le même magasin.

 

Le commerce de meubles est surtout un commerce d’importation, la production nationale étant relativement faible et peu diversifiée dans les menuiseries (Cf. étude de métier « menuiserie »).

 

B) Aptitudes

Le commerçant de meubles est un professionnel connaissant bien les produits. Il sait sentir les tendances nouvelles et réagir. Le client est devenu difficile et il est bon de se demander ce qui lui plait et lui donner les conseils qu’il recherche.

 

L’accueil et la relation privilégiée avec le client doivent lui donner l’envie de revenir. Son magasin doit être attrayant, ce qui suppose de l’imagination pour la présentation des articles.

 

Le commerçant doit avoir du goût, une connaissance de l’art et des différents styles. Une capacité à s’intéresser aux nouvelles techniques et à l’emploi de nouveaux matériaux est particulièrement utile.

 

Importateur, il est aussi un gestionnaire, connaissant bien les procédures du commerce international (documents douaniers, modes de paiement).

 

II. LE MARCHE

A)    La demande

1. Les importations

 

Les statistiques du commerce extérieur permettent de voir sur la dernière décennie les tendances de la consommation.

 

Meubles : importations (en valeur : millions de DJF)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

610

472

470

560

380

361

466

301

232

573

 

Bois et dérivés : importations (en valeur : millions de DJF)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

659

482

551

421

624

467

389

316

255

239

Source : DINAS – site web

 

Le commerce de meubles, après une baisse (d’ailleurs généralisée) au milieu des années 90, semble retrouver son niveau de début des années 90. L’activité de la menuiserie, mesurée par les importations des matières premières, est en baisse régulière.

 

2. Typologie de la clientèle

 On a dans ce secteur deux principaux couples produit-marché : habitat et bureau.

 

a) Les particuliers

·        Les Djiboutiens aisés :  Le client djiboutien n’achète des meubles qu’à l’occasion des célébrations telles que :

-          le mariage

-          pendant le Ramadan, les fêtes de l’Aid 

·        Les personnels des organismes et projets internationaux : Pour les étrangers, l’achat de meubles correspond surtout à leur première installation à Djibouti et l’équipement de leur maison.

 

b) Les professionnels

·        Les entreprises privées et publiques et administrations. Il s’agit surtout de l’équipement en mobilier de bureau,

·        Les collectivités : hôpitaux, écoles, hôtels…, pour du mobilier plus spécifique,

·        Les organismes de coopération bilatérale (France notamment ) et internationale,

·        Le FFDJ, pa run système d’appel d’offre.

 

3. Critères d’achat

 ·        Effet revenu : La consommation de meuble a chuté suite à la crise économique de 1992, qui a affecté sérieusement le pouvoir d’achat des ménages. De plus l’armée française a diminué ses activités.

 

·        Qualité : Les clients du secteur formel sont plus exigeants d’abord sur la qualité proprement dite du produit.  D’après une enquête menée par l’ONTA en mai 1992, pour le choix des meubles, l’esthétique et la finition sont au 1er et 2ème  rang avec 68% ; viennent ensuite la fonctionnalité et à la qualité du bois.

Or, les menuisiers locaux n’ont pas ce doigté pour l’esthétique et la finition. Les meubles vendus dans les entreprises comme Doxiadis sont plus esthétiques et le vernis et la finition sont de meilleure qualité.

 

·        Services : Le délai de livraison est souvent trop long  chez les menuisiers ou non respectés. Contrairement aux vendeurs de la place, les menuisiers ne mettent pas de catalogues à la disposition des clients. Les clients ne peuvent se référer à une documentation pour spécifier leurs besoins.

 

B) L’offre

On distingue deux types d’entreprises fournisseurs de meubles :

- Les entreprises qui achètent les meubles à l’étranger pour les revendre en l’état  sans transformation.

- Les entreprises dont les activités de transformation et de production sont regroupées et prises en charge par l’entreprise elle-même : c’est l’ébénisterie (qui constitue la concurrence directe des importateurs).

 

1.   Les principales entreprises.

a) Les  vendeurs-importateurs de meubles

 

NOM

ADRESSE

DOXIADIS

rue d’Éthiopie

DICO

 

WASSEL

avenue Brazzaville

CORSAIRE

rue d’Éthiopie

LATIF

en face de DAALO

SVAMC

zone industrielle

ANCIENS COMPTOIRS RIES

Zone industrielle

 

- Les entreprises comme Wassel et Dico importent leurs produits d’Indonésie et de Malaisie (Eubac, Capel, Rattan), de Chine et de Thaïlande. Ce sont des généralistes important toutes sortes de meubles plutôt bas de gamme, qui sont plutôt des grossistes de métier et qui n’ont pas de grande surface d’exposition.

- Doxiadis a le statut de leader sur le marché de la vente de meubles. Ses produits sont  de meilleure qualité et sont plus chers. Ils sont importés d’Italie et de France. Il associe à cette vente de mobilier de bureau, le commerce d’électroménager, de matériel de bureau et de papeterie.

 

D’autres opérateurs sont  recensés par la CICID en 1999 comme importateurs ou exportateurs de meubles, mais qui n’ont pas de surface de vente en centre-ville.

 

                                     IMPORTATEURS

NOM

CONTACT

Ali Mohamed Haïdar

BP 149   – Tél : 35.17.27

Anciens Comptoirs Riès

BP 1206 – Tél : 35.25.56

Bureautic System

BP 160   – Tél : 35.19.82

Red Sea Central

BP 25     – Tél : 35.12.44

Sharafally Izzudin

BP 2490 – Tél : 35.63.44

Source : CICID

 

                                    EXPORTATEURS

NOM

CONTACT

Hôtel Plein Ciel

BP 1869 – Tél : 35.38.41

OMATCO

BP 2658  - Tél. : 35.62.82

Trade Services co.

BP 657 – Tél. : 35.28.09

Source : CICID

 

b) Les menuisiers

Il s’agit en fait plutôt d’ébénistes qui sont des petits ateliers de fabrication de meubles. Voici leur liste et leur localisation à Djibouti.

 

DENOMINATION

PROPRIETAIRE

ADRESSE

NATIONALITE

AHMED FARAH

Moustapha Ahmed Farah

Situé sur la route d'Arta à Balbala

Djiboutienne

CHEIKH MOUSSA

Omar Ahmed Boulaleh

Situé sur Balbala Cheikh Moussa

Djiboutienne

GACHAMALEH

Abdi Moussa Elmi

Cité Gachamaleh face de DAR EL SALAM

Djiboutienne

HODAN

Mohamed Weirah

Avenue 13

Somalienne

LA BONNE MENUISERIE

Abdo Taha

Avenue 12 en face "Ecole Coubèche"

Djiboutienne

MER ROUGE

Aboubaker Saïd Aboubaker

Situé sur l'avenue Nasser

Djiboutienne

RAPIDE

Hassan Awaleh Guireh

Situé sur l'avenue Nasser

Djiboutienne

SOLIDARITE

Gabriel Takleh

Situé sur Q7 sud

Ethiopienne

SOULTAN

Hassan Soultan Ismaël

Avenue Guelleh Batal

Djiboutienne

SUR MESURE

Tesfayeh Salomon

Avenue 13

Ethiopienne

TECHNIC

Mohamed Ibrahim Derbi

Q4 face de la mosquée

Djiboutienne

WERAH

Mohamed Abdi Werah

Rue de Gaulle

Djiboutienne

 

  2. Les prix

      Tarifs des vendeurs- importateurs de meubles :

Types de meuble

Prix (DJF)

Armoire

50 000 à 200 000

Armoire à 2 portes

45 000 à 65 000

Armoire à 3 portes

70 000 à 100 000

Armoire à vaisselle

30 000 à 70 000

Chambre à coucher

300 000 à 400 000

Chevet

7 000 à 28 000

Lit

10 000 à 35 000

Lit simple

15 000 à 48 000

Matelas

5 000 à 25 000

Salle à manger

200 000 à 250 000

Salon

200 000 à 400 000

Salon Saoudien

180 000 à 250 000

Table+4 chaises

80 000 à 100 000

Table+6 chaises

120 000 à 140 000

Table+8 chaises

150 000 à 200 000

 

On peut faire une comparaison avec les prix des menuiseries qui offrent un rapport qualité-prix inférieur, bien que celles-ci prétendent fournir des meubles plus solides et mieux adaptés au climat difficile (humide et chaud) de Djibouti.

 

                    Tarif des menuiseries

Types de meuble

Prix (DJF)

1 Lit + 2 placards

30 000 à 45 000

1 Placard

22 000 à 70 000

1 table de 1,90m

23 000

1 table + 4 chaises

20 000 à 25 000

Armoire à 2 volets

35 000 à 45 000

Armoire à 3 volets

50 000 à 60 000

Armoire à vitres

75 000

Armoire standard 3 portes

45 000

Lit

30 000 à 45 000

Table

15 000

 

3.   La concurrence.

a)     Au niveau des prix,

- Les meubles fabriqués à Djibouti sont nettement plus compétitifs que les meubles importés. Un sommier double combiné avec 2 tables coûte 160 000 DJF alors que le prix de son équivalent importé et de surcroît de qualité moindre s’élève à 260 000 DJF. Pour les grandes armoires en bois plaquées de formica, le prix unitaire de celle confectionnée à Djibouti est de 60 000 DJF, soit 2 fois moins que l’armoire commandée à l’étranger.

- Les meubles et le bois importés de l’étranger sont fortement taxés au port et les entreprises se plaignent souvent du taux d’imposition pratiqué. Elles sont obligées par conséquent d’élever le prix de vente des meubles pour conserver leur marge. Ceci n’est pas fait pour stimuler la demande.

 

b) Importations directes 

- Par ailleurs, les ménages qui équipent leurs maisons, préfèrent acheter directement leurs mobiliers aux pays du Golf : Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis (Koweït, Oman) et de la France. Ils ont ainsi l’occasion de choisir dans une gamme de meuble plus variée. La qualité et l’esthétique sont meilleure mais les prix sont plus élevés car ce sont uniquement les gens aisés qui se permettent d’acheter ce genre de meuble (parfois la chambre à coucher coûte 1 000 000 DJF).

            - Chambre à coucher : 400 000 DJF

            - Living + salon + table : 350 000 DJF

- Table + living : 300 000 DJF

- Les étrangers ont parfois droit à un déménagement du mobilier personnel qu’ils possèdent déjà.

 

c) Le marché de l’occasion : issu de la récupération (vendeurs sur l’avenue 13), de la réforme de mobilier d’organisations étrangères (FFDJ, ambassade américaine…) ou de la vente par petites annonces de meubles d’étrangers en fin de mission et quittant Djibouti. Ce marché est toutefois réduit.

 

d) Qualité

Les produits industriels sont devancés par les produits de fabrication artisanale qui sont plus résistants, plus durables. Par contre les produits industriels importés sont plus esthétiques et plus confortables.

 

III. LES MOYENS DE PRODUCTION

A) Locaux

- Les importateurs de meubles ont un local dans le centre-ville pour l’exposition et l’étalage de leurs meubles. De plus, ils disposent de dépôts dans la zone industrielle et un stock dans l’enceinte de vente. Doxiadis a également un magasin d’exposition en zone industrielle de Boulaos (face à SAVIR).

- A ce stade là, les menuisiers sont largement devancés. Leurs ateliers sont pour la plupart étroits et en désordre. La moitié d’entre eux est abritée dans des baraques en tôles. En aucun cas, ces locaux ne permettent la réalisation de travaux de série comportant plus de 20 unités. Les assemblages et la finition se font généralement sur le trottoir.

 

B) Stock

Il faut pour s’installer dans ce marché avoir le capital nécessaire. L’investissement est l’acquisition de meubles. Le stock est de 5 à 6 mois selon le type de marchandise, la rotation est plus rapide pour les petits meubles.

 

IV- EXPLOITATION

A) Chiffre d'affaires

Les prix des meubles varient d’une entreprise à l’autre car les entreprises appliquent librement une marge au coût d’achat pour fixer le prix de vente. Cette marge est supérieure au coût d’achat (coefficient multiplicateur de 1,50 à 2).

 

B) Charges

- Les achats de marchandises sont le poste le plus important.

- Les charges fixes concernent d’abord le stockage et la livraison (la location du dépôt  est de 100 000 à 300 000 DJF).

- Les autres charges sont les dépenses de personnel, d’électricité, de téléphone, de publicité, la patente…

 

C) Gestion comptable

Presque toutes les entreprises pratiquent la comptabilité simple dépenses - recettes. Seules les entreprises bien organisées comme Doxiadis utilisent un logiciel de comptabilité et de gestion des stocks.

  

V  REGLEMENTATION

A) Autorisation

Pour s’installer dans le marché, l’entrepreneur doit au préalable s’inscrire au registre du commerce et avoir la licence d’importateur.

 

B) Fiscalité

L’entrepreneur effectue une déclaration en vue de l’inscription au rôle des patentes.

A la suite de cette déclaration il règle annuellement 2 sortes de patentes :

 

1. La patente d’importateur :

On applique un barème suivant le montant d’importation de meubles et une taxe est déterminée suivant ce barème

Tableau récapitulatif servant à déterminer la patente d’importateur d’une entreprise.

 

Montant des importations

Taxe déterminée

Taxe variable

(1,2% des importations)

Droit proportionnel (var.+dét.) x 20%

Budget

National

Chambre de commerce

(budget x 7%)

TOTAL

De 0 à

 10 000 000

150 000

0 à 120 000

30 000 à

54 000

180 000 à

324 000

12 600 à

22 680

192 600 à

346 680

De 10 à

25 000 000

250 000

120 000 à

300 000

74 000 à 110 000

440 000 à

660 000

30 800 à 46200

470 000 à

706 200

De 25 à

50 000 000

350 000

300 000 à

600 000

130 000 à

950 000

780 000 à

1900000

54 600 à

133 000

834 600 à

203 300

 

Pour un vendeur de meubles qui importe dans la fourchette de 0 à 10 000 000 DJF, la patente d’importateur varie de 192 600 à 346 680 DJF.

 

2. La patente de l’activité de vendeur de meubles

- Le droit fixe : 200 000 DJF,

- Le droit proportionnel : 50 000 DJF/mois (loyer) x 12 x 20 % : 120 000 DJF,

- Le budget national (Droit fixe + Droit proportionnel) : 320 000 DJF,

- Le prélèvement de la Chambre de Commerce (budget national x 7 %) : 22 400 DJF,

La patente de l’activité s’élève donc au total à : 320 000 + 22 400 = 342 400 DJF

 

Si l’on cumule les deux impôts, il faut donc verser chaque année une somme comprise entre 535 000 et 689 080 DJF.

 

CONCLUSION

La consommation de meubles est très dépendante du pouvoir d’achat des ménages et de la conjoncture économique.

 

S’il existe toujours un marché du meuble onéreux, notamment à l’occasion d’une première installation (mariage, par exemple),  la demande  se porte aussi vers des petits meubles moins chers pour des raisons économiques ; les éléments s’acquièrent séparément.

 

Une autre tendance est le meuble en kit (meuble à monter soi-même) qui pourrait se développer à Djibouti dans les prochaines années, vendu parfois par les opérateurs du bricolage, à savoir les grosses quincailleries.

 

Dans la catégorie « jeune habitat », les banquettes clic-clac, au dossier rabattable et les canapés-lits se vendent bien, ainsi que les meubles support d’audio-visuel.

 

Bref, ce marché est varié (en terme de clientèle), et évolutif (dans toutes les gammes) et le succès dans ce secteur dépend donc du dynamisme commercial de l’entrepreneur.

 

 Cette étude a été réalisée avec la collaboration de

Abdo Ali Ahmed et Abdoulkader Nour Issack