REPUBLIQUE DE DJIBOUTI

PÔLE UNIVERSITAIRE DE DJIBOUTI

Établissement d'Enseignement Supérieur

__________________________________________________________________

INSTITUT SUPERIEUR DES AFFAIRES DE DJIBOUTI

Collection "Études de métiers"

LOCATION DE VOITURES

- SOMMAIRE -

I. DEFINITION DE LA PROFESSION ................................................

A) Activités

B) Aptitudes

II. LE MARCHE ..................................................................................

A) La demande

1. Typologie de la clientèle

2. Variations saisonnières

B) L'offre

1. La location classique

2. La location en TT

3. Spécificités

4. Les prix

5. Information et publicité

6. La concurrence

III. LES MOYENS DE PRODUCTION ................................................

A) Ressources humaines

1. Organisation

2. Rémunération

B) Équipements

1. Les véhicules

2. Les locaux

IV. EXPLOITATION ...........................................................................

A) Chiffre d'affaires

B) Charges

C) Procédure de location

D) Les conditions de paiement

V. REGLEMENTATION .....................................................................

A) Le véhicule

B) Les conditions de location

C) La fiscalité

VI. LE MILIEU PROFESSIONNEL .....................................................

A) Organismes professionnels

B) Formation

C) Bibliographie

CONCLUSION ..................................................................................

Page 3

 

 

 

 

 

Page 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 9

 

 

 

 

 

 

Page 10

 

 

 

 

 

Page 11

 

 

 

 

Page 11

I. DEFINITION DE LA PROFESSION

A) Activités

Une entreprise de location de voitures met à la disposition d’un client, pour une durée déterminée en général courte, un véhicule de tourisme en bon état et assuré, avec ou sans chauffeur, sur le territoire de la RDD, et cela dans un but lucratif.

Cette location donne lieu à la signature d’un contrat entre les deux parties.

A Djibouti, on peut distinguer :

Trois conditions sont nécessaires pour bénéficier de ce régime :

- être domicilié hors de l’Union Européenne,

- n’effectuer en Union Européenne que des séjours de durée limitée (moins de 185 jours par période de 12 mois consécutifs),

- n’exercer pendant le séjour aucune activité lucrative.

Dans cette étude, nous nous intéresserons principalement à la location classique, où la prestation (et donc le véhicule) se situent sur le territoire djiboutien (véhicules utilitaires exclus).

B) Aptitudes

II. LE MARCHE

A) La demande

1. Typologie de la clientèle

On peut distinguer une clientèle privée et une clientèle d’affaires. La clientèle privée représente actuellement 80 % du chiffre d’affaires des entreprises de location (soit 20 % pour la clientèle professionnelle), alors qu’en Europe, à titre de comparaison, les deux clientèles ont le même poids.

2. Variations saisonnières

L’activité classique baisse en été, période de vacances où beaucoup d’expatriés français rentrent en France et " basse saison " pour le tourisme.

Par contre l’été est la grande saison de l’activité de location en transit temporaire.

B) L’offre

1. La location classique

Nous avons à Djibouti trois entreprises de location classique de voitures, dont les coordonnées sont les suivantes :

DENOMINATION

TELEPHONE

TELECOPIE

ADRESSE

BOITE POSTALE

NATIONALITE DU GERANT

 

ETS MARILL

 

31-11-50

 

35-56-23

 

Rue Marchand

 

57

 

française

 

ETS FRADO

 

35-49-30

 

35-01-16

 

Zone Industrielle Sud

 

874

 

Italienne

 

ROBERTO

 

35-20-29

 

-

 

Zone Industrielle Sud

 

248

 

Italienne

2. La location en TT

DENOMINATION

TELEPHONE

TELECOPIE

ADRESSE

BOITE POSTALE

ANCIENS COMPTOIRS RIES

35-26-50

 

-

 

Zone Industrielle Sud

 

2106

ETS MARILL

35-80-66

35-34-51

Zone Industrielle Sud

47

3. Spécificités

L'activité de location de voitures apparaît comme une activité annexe d'une activité principale :

Il faut remarquer qu’aucun de ces loueurs de voitures n’est affilié, par le système de la franchise, à un grand réseau international de loueurs de voiture (Hertz, Avis, Budget, Europcar-Interrent, etc…). Les Ets Marill ont eu une franchise Hertz, mais le contrat n’a pas été renouvelé.

4. Les prix

  1. Tarification
  2. Le prix de la location d’un véhicule dépend de son type, de sa marque et de la durée de la location.

    Les véhicules sont classés par catégorie tenant compte des critères ci-dessus. Les loueurs de Djibouti présentent une relative homogénéité dans leur classement.

    On remarque qu’à Djibouti, un seul type de tarification est proposé : le forfait location durée / kilométrage (150 kilomètres par jour). Les autres formules, durée/ kilométrage réel et durée / kilométrage illimité ne sont pas proposées.

    Le tableau suivant résume les tarifs moyens pratiqués à Djibouti.

    TARIFS DE LOCATION

     

    MARQUE

    PUISSANCE EN CV

    NOMBRE DE PLACES

    PRIX

    PAR JOUR

    PRIX

    POUR UN

    WEEK-END

    PRIX

    PAR SEMAINE

    PRIX

    PAR MOIS

    Toyota

    Starlett

    Corolla

     

    5/7

     

    5

     

    8.000 à 10.000

     

    24.000 à 38.000

     

    50.000 à 66.000

     

    180.000 à 231.000

    Toyota Land Cruiser

     

    14

     

    6

     

    25.000 à 32.500

     

    40.000 à 90.000

     

    133.000 à 205.000

     

    540.000 à 813.000

    Mitsubishi Lancer

     

    5

     

    5

     

    6.500 à 8.000

     

    16.000

     

    49.000

     

    180.000

    Suzuki Lancer

     

    4

     

    5

     

    5 500 à 8.000

     

    16.000

     

    49.000

     

    180.000

    Remarques :

    - Des tarifs longue durée sont évidemment négociables.

    - La mise à disposition d’un véhicule avec chauffeur est possible chez chacun des loueurs, moyennant un supplément.

  3. Détail des prix

Les prix comprennent :

Les prix ne comprennent pas :

c) Assurances complémentaires 

Ces assurances, en général vendues par toute entreprise de location de voitures dans le monde entier, ne sont proposées à Djibouti que par les Ets Marill :

Ces assurances se paient par jour et par véhicule.

Par contre, les autres assurances complémentaires concernant la responsabilité du conducteur (loueur) et les bagages ne sont pas du tout proposées à Djibouti.

5. Information et publicité

Seuls les Ets Frado et Marill éditent chaque année un document d’information sur leur offre de véhicules, les prix et les conditions de location. Les Ets Roberto se contentent d’une information orale. Pour tous la publicité se fait de bouche à oreille et cela semble être suffisant à une bonne rentabilité de leur activité.

6. La concurrence

On peut dire néanmoins que ces entreprises sont confrontées à des formes de concurrence dans le cas :

- d’arrangements payants entre amis ou connaissances,

- de location d’un taxi,

- de mise à disposition par les ambassades, les organisations internationales et les entreprises, de voitures de fonction disponibles pour les missions et les déplacements liés aux affaires.

III. LES MOYENS DE PRODUCTION

A) les ressources humaines

1. Organisation 

Il faut en principe un agent d’opération ou une hôtesse en plus du gérant, car il faut être au moins deux pour pouvoir s’absenter du bureau d’accueil, le temps d’accompagner le client sur le lieu de parking ou de mise à disposition ou de restitution du véhicule.

2. Rémunération

Pour les Ets Frado et Roberto, ce sont plutôt les patrons qui s’occupent de la location. De ce fait, il n’est pas possible de préciser un montant de salaire mensuel lié à cette seule activité.

Les Ets Marill, du fait de leur organisation plus spécifique, proposent des salaires qui vont de 60.000 DJF pour un chauffeur à 150.000 DJF pour le chef mécanicien qui a une formation technique approfondie.

B) Les équipements

On distingue à ce niveau le matériel roulant et les locaux.

1. Les véhicules

  1. Le parc actuel
  2. Le parc est relativement stable bien que pouvant varier par le jeu de la revente des véhicules loués. On constate en effet que des résidents arrivant pour s’installer à Djibouti louent un véhicule à leur arrivée et en font l’acquisition quand le véhicule leur convient. Le parc en location va varier plus chez Roberto et Frado spécialisés dans la revente d’occasions.

    Entreprise

    Nbre de véhicules

     

    Véhicules de villes

    4x4

    Frado

    4

    10

    Roberto

    7

    3

    Ets Marill

    12

    10

    PARC TOTAL

    23

    23

  3. Le coût des véhicules neufs
  4. Type de véhicules

    Prix d’achat véhicules

    Toyota land cruiser

    6.000.000 à 8.000.000 DJF

    Rocky

    4.000.000 à 5.000.000 DJF

    Toyota / Peugeot / Suzuki (petite voiture de ville)

    2.500.000 à 3.800.000 DJF

  5. Le coût des véhicules occasion

Les prix du tableau sont indicatifs. Il est bien évident que les prix des véhicules d’occasion varient selon l’âge et l’état du véhicule ainsi que de la négociation entre vendeur et acheteur. Le marché de l’occasion verra également beaucoup varier les prix selon la concordance offre/demande qui présente des particularités très saisonnières.

Type de véhicules

Prix d’achat véhicules

Toyota Land Cruiser

2.500.000 DJF

Rocky

1.500.000 DJF

Toyota/Peugeot/Suzuki (petite voiture de ville)

600.000 DJF

2. Les locaux

- Agence : comptoir d’accueil, matériel informatique afin d’effectuer la réservation, la facturation et comptabilité, mobilier, matériels de communication (téléphone et télécopie).

- Parking, garage ou atelier pour la réparation des véhicules.

IV. EXPLOITATION

A) Chiffre d’affaires

Du fait de l'importance d'une clientèle plutôt privée, le chiffre d’affaires mensuel est très aléatoire et varie aisément du simple au double d'un mois à l'autre. Pour les loueurs Frado et Roberto, la moyenne de chiffre d'affaires se situerait autour de 450 000 DJF à 900 000 DJF par mois.

B) Charges

La structure des charges d'exploitation se présente ainsi :

Pour les véhicules, le pourcentage varie avec la nature du risque couvert (tierce collision ou tout risque), la puissance fiscale du véhicule et évidemment le nombre de places offert. On remarque que Ethiopian Insurance assure les véhicules de location de Frado et Marill. La Prudence (département Marill.) assure Roberto. Les véhicules sont assurés à l’année en tierce collision chez Marill et Roberto (assurance à la journée pour le supplément tout risque). Frado assure dans tous les cas ses véhicules à la journée,

C) Procédure de location

  1. La mise à disposition du véhicule suppose la vérification par le client de l’état du véhicule et l’établissement d’un contrat signé par les deux parties. Les éléments suivants vont obligatoirement figurer sur le contrat :

Le client va alors régler le montant prévu de la prestation et remettre la caution correspondante au type de véhicule.

2. La restitution du véhicule 

Un reçu officiel est remis en échange de la voiture.

D) Les modes de paiement 

Tous les loueurs acceptent des paiements en DJF, FRF et USD par chèque ou en espèces. Les Ets Marill acceptent les cartes de crédit VISA, American Express et Diners Club. Roberto accepte la carte VISA.

Aucune de ces entreprises n’accepte en paiement les bons d’échange (vouchers) émis par les loueurs ou des agences de voyages se trouvant à l’étranger.

V. REGLEMENTATION

  1. Le véhicule

Carte grise, assurance, vignette, état de marche correct (freins, phares, pneumatiques...).

Les véhicules de location en RDD n’ont pas d’immatriculation spécifique, contrairement à beaucoup de pays dans le monde (Pays proches : Ethiopie, Yémen).

B) Les conditions de location 

C) La fiscalité

Une patente est exigée, elle est largement proportionnelle au parc de voitures et se calcule comme suit :

CATEGORIE

DROIT FIXE

(DJF)

DROIT PROPORTIONNEL

(% valeur locative)

Loueur de voitures

Taxes déterminées

Taxes

variables

Locaux commerciaux

Entrepôts

- Forfait

- Par voiture

100 000

 

20 000

20 %

20 %

VI. LE MILIEU PROFESSIONNEL

A) Syndicat

Le secteur étant restreint et la profession exercée à titre accessoire, il n’existe aucune organisation professionnelle en RDD. On constate néanmoins une évidente collaboration entre loueurs dans le cas où l’un ne peut répondre à une demande précise.

B) Formation

Elle se fait sur le tas. Aucune technicité particulière n'est nécessaire pour la gestion d’un service de location de voitures, ce qui n'est pas le cas pour le responsable de la mécanique des véhicules, dont dépend la fiabilité des véhicules.

C) Bibliographie

Documentation professionnelle de base (contrats...) : Conseil National des Professions de l'Automobile (CNPA), branche nationale de loueurs de véhicules c/o Maison de l'Automobile, 5, rue Rouget de Lisle, 95158 Suresnes Cedex, tél. 01.40.99.55.00.

CONCLUSION

L'activité de location classique est considérée comme une activité annexe par ceux qui la pratiquent. Cette observation amène à un certain nombre de remarques quant au développement possible de ce secteur d’activité :

Une affiliation à une franchise de loueur international  (Hertz, Avis, Budget, etc.) donnerait dans tous les cas une image de marque plus convaincante, en particulier pour la clientèle internationale.

Une intégration des loueurs djiboutiens dans les GDS (systèmes de distribution globale) par le biais de leur affiliation à un franchiseur permettrait aux loueurs djiboutiens de bénéficier de modes de réservation informatisés en réseau, tels que les GDS (Amadeus, Galileo, Sabre, etc…) qui assurent des réservations faciles et rapides. Ces systèmes permettent, dans le monde entier, une interconnexion entre compagnies aériennes, chaînes hôtelières, loueurs de voitures et les agences de voyages.

Elle permettrait également d’ajouter, pour une clientèle résidant à Djibouti, la possibilité de louer des véhicules à l’étranger. Actuellement, seules les agences de voyages émettrices Atta et Le Goubet et les compagnies aériennes Air France et Ethiopian Airlines peuvent assurer ces services.

Une approche mieux ciblée de la clientèle permettrait de développer ce marché et de mieux répondre à des demandes plus spécifiques :

- La clientèle des militaires français change avec le système des "tournantes": les séjours sont moins familiaux et de plus courte durée (3 à 4 mois), ce qui pourrait développer une demande de location aux dépens du marché de l'occasion.

- La clientèle touristique pourrait être mieux captée par des accords plus formels avec les agences de voyages.

- Le parc automobile pourrait être plus diversifié pour attirer une clientèle professionnelle. Par exemple, les loueurs de la place (sauf Marill) proposent peu de véhicules utilitaires légers qui représentent 20 % du marché en Europe (dans ce cas, permis de conduire depuis plus de 2 ans et âge minimum 25 ans). Les flux de la clientèle d'affaires sont relativement réguliers, les repérer et offrir une tarification avantageuse permettrait de fidéliser une clientèle et d'avoir un chiffre d'affaires moins volatile.

La création de formules complémentaires permettrait d’élargir l’offre de services. Comme dans les autres pays de la sous-région, des produits de location de voiture avec chauffeur ayant une formation de guide touristique (anglais indispensable) pourraient être davantage proposés.

Cette étude a été réalisée avec la collaboration de et Ayan Abdillahi Hersi et Samah Mohamed et le financement de l'Office National du Tourisme de Djibouti